Le Val de Sault

couv_Sault_DAu débouché des Gorges de la Nesque ou du Col de la Gabelle, apparaît le Pays de Sault. Délicatement ouvragé, strié de minces arêtes de rangées d'arbres, de ruisseaux et de ruches immobiles dans l'attente de miel. En été, on est aveuglé par le bleu des lavandes.
À force de plonger son regard dans la plaine, on ne sait plus si le ciel repose en flaques rectangulaires le long des champs de blé et des sentiers ou s'il est ailleurs. Belle connivence entre le bleu du ciel et le bleu de la lavande.
Au parfum de la lavande succède l'odeur des blés et du petit épeautre gorgés de soleil, de la terre sèche et craquelée, des petites immortelles au revers des talus. Tout est chauffé à blanc, par le soleil, la lumière, les couleurs incisives. Seule, la truffe, cachée dans la terre, garde encore ses parfums pour elle.

De Monieux à Aurel, en passant par Sault, Saint-Trinit et Ferrassières, la plaine évoque irrésistiblement un jardin merveilleux, soigneusement entretenu et bordé de forêts qui fleurent bon la noisette, la mûre et les baies sauvages.

Circuit: Le Plateau d'Albion